Les méfaits de la domestication du cheval

cheval

Il semblerait que la domestication des chevaux entraine des modifications d’ordre physiologique chez ces animaux. Pour répondre aux nécessités humaines, ces espèces d’abord sauvages ont été façonnées et ont subi des mutations.

Des comparaisons surprenantes

Après avoir comparé les gènes prélevés sur des ossements de chevaux fossilisés avec celles des cinq espèces d’étalons les plus domestiquées, des chercheurs ont conclu que les chevaux actuellement apprivoisés par l’homme ont des similitudes marquées avec les anciennes espèces de chevaux aujourd’hui disparu.

Ayant comparé ces mêmes gènes à ceux du Przewalski, seul cheval sauvage encore vivant de nos jours, ils se sont également rendus compte que les espèces domestiquées ont des spécificités beaucoup plus proches de celles des races éteintes qu’avec le cheval mongolien. Les chiffres indiquent que les similarités entre les anciennes espèces et celles domestiquées sont de l’ordre de 13 à 60%.

Cela indique les liens de descendance que les chevaux domestiqués ont avec les populations équines d’autrefois. Cependant, les Comptes-rendus de l’Académie américaine des sciences affirment qu’il ne pourrait s’agir là que d’une partie de la descendance.

Les conséquences de la domestication

Apprivoiser les chevaux semble avoir influencé le développement de leur espèce. À travers les années, la formation de leurs muscles, leurs articulations, leurs membres ainsi que leur système cardiaque ont évolué pour s’adapter l’utilisation des hommes.

Ces mutations génétiques semblent également avoir affecté le développement social des chevaux ainsi que ses capacités à apprendre. Ce sont donc des changements importants qui marquent le processus d’apprivoisement, mais qui ont le fort désavantage d’entrainer l’extinction des races sauvages due au manque de diversité.

Les recherches effectuées ont mis en évidence des gènes influençant le comportement du cheval. Le scientifique d’affirmer qu’il pourrait s’agir là d’une avancée pour domestiquer d’autres animaux.